video
Credits
Techniques
Related
video

Délis | A Song For Dad, le Clip

Video & Story

En 2009, j'ai écrit une chanson pour mon père. 10 ans plus tard, je lui ai demandé si je pouvais le filmer en train de l'écouter.

Video

Stories

Je vais essayer de ne pas me répandre en commentaires infinis.

J'ai écrit cette chanson pour mon père.

La composition originale (la première phrase d'accords) est de lui. C'était il y a des années de cela.

Je l'ai re-composée en 2009. Mon frère m'a aidé à peaufiner le texte. Bastien m'a donné des idées d'arrangements. Je l'ai finalement enregistrée en 2010 chez Audrey, sous le toit de l'appartement de la rue des Blancs Manteaux, sur la guitare que mon père m'a offert pour mes 18 ans (je crois).

Je suis allé au Cap Ferret pour lui faire écouter, avec une feuille sur laquelle étaient traduites les paroles. Il a pleuré, j'ai pleuré.

En 2018, j'ai imaginé ce clip. En 2019, je l'ai finalement tourné. 5 prises ont été faites. Sur 2 d'entre elles, j'ai oublié d'activer l'enregistrement, comme si ce qu'il s'est passé à ce moment devait rester entre-nous. J'ai commencé un montage quelques jours plus tard, pour finalement ne rien monter du tout, et conserver la première prise intacte.

Paroles en céfran (Because requested.)

Papa est un mot qui me rend triste

Peignant un monde qui m’a rendu fou

Et j’aimerais ne pas être si mauvais

Envers toi, autant que j’aimerai que tu sois un papa

Pour de vrai, pour moi, pour toi


Là sur mon lit, j’ai attendu

Que cette vie soit guidée par n’importe quoi

Car tu aurais dû être là,

Avoir fait le voyage et avoir partagé ...

Oh, je t’en prie, ne comprends-tu pas ?

Mon désolé, coupable papa


« Papa est fort, doué … et malade

Papa à tort, est mauvais … et magique »

Des mensonges pour un fantôme qui existe bel et bien

Hantant une tête et deux enfants

Sculptant un mur, rouillé de larmes


Là, sur mon bureau, j’ai haï

Cette vie grotesque, subtile interprétation

Car tu aurais dû être là

Et avoir fait le voyage, avoir partagé

Tous les sourires, toutes les peines, toutes les étapes

Mon coupable, presque papa


« Replis tes ailes mon enfant

Je suis venu pour te voler ta joie.

Je suis si effrayé, et blessé

J’ai aimé et osé

J’ai essayé, et j’ai essayé »


Là, sur tes restes, j’ai grandi

Ne t’avise pas, n’essaye pas d’être mon enfer

Car tu n’as jamais été là

Ni voyagé, ni partagé

Mais je t’aime, j’ai encore besoin de toi, et je m’en soucie

Mon héros, mon souci

Mon écho, mon père.